NOUVEAU : Sacs Mochila wayuu

Mé quésa quo ! 

Pour vous expliquer,  j'ai dégoté par-ci, par-là   sur le NET des infos sur l'origine !

Voir ci-après :

L’ARTISANAT WAYÚU

 

SON HISTOIRE

La nation wayúu représente la plus importante communauté autochtone de Colombie dans la région de la Guajira.

Les Wayuu (ou Wayu, Wahiro) sont un peuple amérindien, connus en espagnol sous le nom de Guajiros (province colombienne de La Guajira), et qui vivent à la frontière de la Colombie et du Venezuela.

 

Ce peuple amérindien est le plus important de Colombie et du Venezuela quant au nombre d'habitants, avec 8 % de la population de l'État vénézuélien Zulia et 45 % de la population du département colombien 

 

Il vit à cheval sur les territoires nord colombien et vénézuélien, pays dont elle ne reconnait pas les frontières. Ce sont environ 440 000 wayúus qui se sont construits autour d’une pensée, d’une langue et d’une tradition communes.

 

Les Wayuu vivent essentiellement du tissage, dont la fabrication d'habits notamment,

 

LES FEMMES WAYÚUS, TISSEUSES DE SONGES

Les femmes se transmettent l’art du tissage de génération en génération. C’est l’araignée Wale Kerrú, surnommée Araña, qui selon la légende, leur a appris à tisser les images qu’elles voyaient dans leurs rêves…

 

A la puberté, la jeune wayúu est initiée à l’art du tissage par sa mère. C’est une période d’isolement appelée encierro (enfermement) où pendant 6 mois (contre 2 à 3 ans par le passé !), seules les femmes du clan seront invitées à l’approcher.

 

Ce rituel permet le passage dans le monde adulte. Car l’art du tissage, qu’elle maîtrise désormais, est le symbole de sagesse, d’intelligence et de créativité.

 

LE SAC MOCHILA

Unique et colorée, la mochila est incontestablement le sac le plus emblématique de Colombie. Homme, femme, tous possèdent au moins une mochila ! Sa large bandoulière et sa grande contenance font de lui un sac très pratique, qui a su se faire adopter de tous.

 

Tout d’abord, ce sont les nonnes espagnoles qui introduisirent cette technique de tissage, à un seul fil au début du 20ème siècle. La mochila se monte au crochet et sa réalisation nécessite en moyenne 15 à 20 jours. La technique à un seul fil offre un rendu très fin et délicat car le point est très serré.

 

Depuis quelques années, les femmes se sont également mises à tisser à 2 fils pour gagner du temps. Selon la complexité du dessin, ce sont en moyenne 3 à 5 jours de travail.

 

Les dessins traditionnels colorés qui couvrent les mochilas sont des formes géométriques appelés kaanas, qui représentent, aux origines, les rêves des femmes wayúus. Il en existe plus d’une centaine.

 

Ce travail étant entièrement fait main, chaque mochila est unique et reflète la personnalité de la personne qui l’a tissée patiemment.

 

Mazonia : Le tissage est un art chez les Wayuus. Et même plus, un art de vivre. Les tisserandes marchent, parlent et vivent tout en tissant les « mochilas » au sein de la nature.


Ce savoir-faire est une tradition ancestrale, transmis de génération en génération.


La valeur d’une personne wayuu est liée à son habilité à tisser. Plus le sac sera bien fait, plus la personne sera estimée au sein de la communauté.


Les sacs mochilas sont réalisés au crochet (historiquement l’aiguille était une épine de cactus et les fils des lianes tissées). La tisserande commence par le fond du sac est remonte en spirale petit à petit.


Ensuite, la bandoulière « ou gaza » est solidement tissée au corps du sac. Elle est épaisse et large car les Wayuus la pose sur leur tête afin de porter des charges lourdes de façon plus confortable. Ces sacs sont conçus pour durer. L’obsolescence programée n’existe pas chez les Wayuus car elle n’a aucun sens (ils sont logiques, finalement..).

 

Nota : Quand j'aurais bien maîtrisé  les techniques, j'ouvrirai une rubrique spéciale mochila wayuu pour les mettre à la vente !!! Sachant que pour la réalisation totale d'un sac moyen  avec gasa il faut compter environ 3 à 4 semaines... C'est très long !

 

Ci-après 3 sacs réalisés avec cette technique! mais ceux sont mes sacs tests et ne sont donc pas à vendre.  Deux d'entre eux, ont été réalisés pour le transport de mes affaires pour me rendre à mes cours de claquettes

 

En revanche, dès la réalisation d'autres sacs mochila, je vous les présenterais et les mettrais à la vente


Mes 2 sacs  "spécial transport pour mes cours de claquettes américaines" !

Ma dernière réalisation  - sac test

La 1ère photo est le fond du sac !

Le cordon a été réalisé en tissage KUMIHIMO et  la bande au métier à tisser "inkle loom"

Sac doublé avec 3 poches  à l'intérieur